Skip to content

Pourquoi le redressement d’échantillon…

REDRESSEMENT
Pourquoi le redressement d’échantillon…
Pourquoi le redressement d’échantillon…

PRINCIPE

Le principe des redressements est d’estimer les réponses des non-répondants (les individus que l’on n’a pas réussi à interroger en nombre suffisant) grâce aux réponses des répondants.

Concrètement, il s’agit d’appliquer un coefficient de pondération (coefficient de redressement ; celui-ci est calculé par les logiciels statistiques) aux questionnaires enregistrés.

Le principe des redressements est finalement assez simple : il s’agit de baisser ou d’augmenter le poids de certains questionnaires afin de faire correspondre les critères de l’échantillon avec ceux de la population. Le but est d’appliquer les coefficients trouvés à toutes les réponses du questionnaire.

EXEMPLE

Si nous n’avons réussi qu’à obtenir 45% de femmes dans notre échantillon alors qu’il devait en contenir 52% pour être représentatif de notre population, le redressement va pondérer les questionnaires remplis par des femmes par un coefficient de 1.15 (52% divisé par 45%). De plus, le redressement va, logiquement, appliquer un coefficient de 0.87 aux questionnaires remplis par les hommes (48% divisé par 55%).

USAGE

Si le but est simple, les redressements doivent être utilisés avec beaucoup de pédagogie et de prudence. Les redressements « créent » en effet des réponses virtuelles (même si basées sur les réponses mesurées). Cela peut-être perturbant pour un client qui ne vient pas des études d’avoir à faire à des effectifs qui ne sont pas vraiment concrets…

L’autre prudence à avoir est de ne pas exagérer un redressement… Quelle légitimité d’un redressement qui multiplie le poids d’une catégorie d’individu par 10 ? Il n’y a pas de recommandation « officielle » (statistiquement parlant) sur les limites à considérer pour les redressements. Il faut se méfier d’un redressement effectué sur moins de 50 individus et / ou d’un redressement qui va multiplier le poids de certains individus par plus de 2 (mais bien sur, cela est à étudier au cas par cas, en fonction de l’homogénéité des comportements et de la difficulté du terrain).